Le réseau méridional de l’architecte marseillais Marcel Dourgnon

12 novembre 2010
Par

On connait assez peu de choses de la vie de l’architecte Marcel Dourgnon qui construisit le musée des Antiquités égyptiennes au Caire et le palais de l’Égypte pour l’Exposition universelle de 1900. Pourtant, en recoupant différentes sources, il est possible de la cerner et de mieux connaître ses activités largement occultées par ses deux œuvres majeures toutes deux liées à l’Égypte.

La confrontation d’articles parus dans des quotidiens ou des hebdomadaires nationaux ou locaux avec les célèbres guides de voyage Joanne, édités par Hachette et alors aussi connus que les guides Michelin actuellement, permet de comprendre le retentissement des deux campagnes de presse entreprises par l’architecte pour sauver le village des Baux-de-Provence. Le rapprochement de documents d’archives avec la visite sur place des immeubles cités est aussi riche de sens. C’est donc grâce à des indices au départ ténus qu’il est finalement envisageable de connaître la personnalité d’un architecte marseillais qui fit carrière à Paris.

Des prénoms liés à la Provence

Marcel Dourgnon naquit à Marseille le 29 septembre 1858 ; il reçut en second prénom Lazare. Selon une ancienne tradition provençale, le saint ressuscité serait arrivé à Marseille avec sa famille après la dispersion des Apôtres. C’est donc une allusion directe à la ville et à la Provence que révèle ce prénom.

Lié ensuite aux associations des Félibriges et des Cigaliers de Paris, Marcel Dourgnon donna les prénoms de Mireille, Marie, Paule à sa fille, née le 17 juillet 1895 à Paris. Le choix de ce premier prénom est un hommage évident à Frédéric Mistral, auteur de Mireille, poème paru en 1859, avec lequel l’architecte était lié d’amitié.

Alors qu’il avait quitté Marseille depuis longtemps et effectué ses études à Paris à l’École des beaux-arts, Marcel Dourgnon continua d’entretenir des relations profondes avec sa région d’origine.

Deux campagnes de préservation des Baux de Provence

Le village des Baux, situé entre Arles et Saint-Rémy-de-Provence, avait été visité par Prosper Mérimée en 1834, le 23 octobre exactement. L’endroit lui inspira une longue description qui débute ainsi : « c’était autrefois une ville florissante, séjour d’une cour d’amour, domaine de puissants seigneurs qui donnaient des podestats à toute la Provence. Aujourd’hui, c’est une vaste solitude. » (Notes de voyage, Paris : Adam Biro, 2003, p. 179). Il fut séduit par les lieux et les vestiges du château ainsi que des maisons d’époque Renaissance, tout en regrettant « le spectacle d’une ville romaine, dont il ne reste plus que des substructions, parle bien moins à l’imagination que celui de cette ville habitable et qui n’est point habitée. Il y a la différence entre une catastrophe racontée et un désastre dont on est le témoin. » (ibid., p. 180).

En 1862, la plupart des édifices du village étaient inscrits sur une liste de protection par les Monuments historiques, mais les dégradations continuèrent comme le soulignent les éditions successives des guides Joanne intitulés Provence (1865, p. 305 et 1876, p. 214).

Les Baux, gravure extraite de la monographie Joanne "Arles et les Baux", 1903.

En 1903, Marcel Dourgnon mena une première campagne de presse en faveur de la protection du village provençal des Baux dans les Alpilles : il constitua un comité de préservation qui comprenait M. Michel, député d’Arles, ses amis les avocats Fernand Izouard et Albert Crémieux, ainsi qu’un groupe de « littérateurs, d’artistes et d’hommes politiques du Midi » (article extrait de la presse contemporaine, journal non identifié). Il entreprit des démarches auprès du ministère de l’Instruction publique et des beaux-arts. Il s’agissait d’alerter les descendants des familles nobles locales ainsi que les princes de Monaco pour lever des fonds.

Il écrivit même un article intitulé « La Pompéï provençale » (sic) dans Le Siècle, en juin 1903. Il y fit suivre sa signature de la mention « architecte du nouveau musée des Antiquités égyptiennes », ce qui devait suffire pour légitimer sa requête auprès du roi Alexandre de Serbie et de la reine de Hollande (on notera que le fils du maçon marseillais avait pris de l’assurance) et d’entamer une souscription publique. Que comptait-il entreprendre avec les fonds réunis ? A l’encontre d’Eugène Viollet-le-Duc, il ne désirait pas une intervention qui aurait risqué de transformer, voire de défigurer les lieux : « Bien entendu, il n’est pas question ici de reconstitution ni de restauration. A mon sens, le remède serait pire que le mal ; non, il s’agit seulement de préserver, de sauvegarder, de consolider. » Voila une opinion tranchée quant aux restaurations un peu trop « lourdes », peut-être pensait-il à la cité de Carcassonne « restaurée » de 1855 à 1879, le guide Joanne consacré à cette ville utilise d’ailleurs la formule « reconstituée par Viollet-le-Duc » (Carcassonne, 1911, p. 7-8).

Subtilement, il ne critiquait pas l’action des Monuments historiques : « Les Monuments historiques, hélas ! disposent d’un crédit insignifiant absolument dérisoire », mais considérait de son devoir de contribuer à l’action déjà entamée : « seule, l’initiative privée devait essayer ce que l’administration se trouvait dans l’impossibilité de faire, faute de ressources. » Car il notait que : « Les crédits, la surveillance ont fait défaut, et de ces ruines, qui ont encore une forme, il ne restera bientôt plus qu’un amas de pierres et un tableau inutile de désolation et d’abandon. »

Les sommes allouées pour des travaux antérieurs sont connues par un « Billet de la province » certainement paru en 1903, dans un journal non identifié : « La commission des Monuments historiques accorda en 1894, 4 000 francs pour la restauration de la vieille église, 900 francs pour la transformation de la chapelle Sainte-Catherine en musée lapidaire, et 1 000 francs pour la réparation de la tour qui domine tout le vallon de l’enfer. » Sans doute, ces sommes étaient-elles insuffisantes face à l’ampleur des dégradations.

Il semble que l’opinion se soit émue puisque quelques résultats peuvent être constatés à la lecture du guide Joanne Provence édité en 1906 (p. 137-143). Certains admiraient certainement la ruine romantique : « Les ruines des Baux respirent une poésie étrange, fantastique, à nulle autre comparable, spectacle unique en France, et qui mériterait de devenir un pèlerinage de poètes, de penseurs et d’artistes » (p. 138). Ceux-ci préféraient sans doute voir les lieux rester en l’état ; à leurs yeux, toute restauration altérait la ruine et présentait certainement un aspect trop neuf.

Toutefois, la description du village dans le guide montre bien qu’une prise de conscience avait eu lieu : une grande partie des édifices du village, certes pour la plupart en ruines, étaient protégés par les Monuments historiques, la description de certains bâtiments est suivie de la mention « restauré » : en effet, une dizaine d’édifices – et non des moindres : les remparts, des maisons, les restes de l’ancien hôpital, le château, etc. – furent classés en 1904 et 1905. Enfin, la visite du village est conclue par la phrase suivante : « La restauration méthodique des Baux a été récemment entreprise » (Provence, 1906, p. 141), mention qui n’existait pas dans la monographie Joanne Arles et les Baux, parue en 1903. Un gardien, M. Farnier, cité par Marcel Dourgnon dans l’article du Siècle, assurait la surveillance du site et le rôle de guide, en particulier pour visiter la toute proche grotte des Fées où prend place une partie de l’histoire de Mireille (un plan est donné p. 142 du guide Joanne Provence 1906). La visite de la grotte est vivement recommandée : la précise description géologique ne doit pas cacher que beaucoup de visiteurs devaient venir en pèlerinage sur les lieux du poème de Mistral.

Sans doute parce que cette campagne pourtant assez fructueuse n’obtint pas l’effet qu’il escomptait, Marcel Dourgnon rédigea une lettre publiée dans Le Figaro en avril 1908. Il reprit aussi une partie des textes rédigés en 1903 dans un autre long article illustré de photos paru dans un journal non identifié en 1908. L’architecte avoue d’ailleurs à propos de la première sensibilisation du public en 1903 : « Enfin, nos efforts furent couronnés de quelque succès : l’administration des Beaux-Arts s’émut et accorda un crédit aux Monuments historiques, le Conseil général des Bouches-du-Rhône vota quelques subsides, le Syndicat d’initiative souscrivit également quelques fonds, mais tous ces concours pécuniaires, malheureusement trop minimes, ne permirent que de parer au plus pressé, à consolider de gros tronçons de murailles qui menaçaient de s’écrouler à tout instant, risquant de mettre en danger la vie des visiteurs de ce site étrange et impressionnant chanté par le grand Mistral dans son immortelle ‘Mireille’ ».

Il est difficile de connaître le retentissement de cette seconde campagne de presse et son effet sur la préservation des édifices ruinés du village dont certains avaient déjà été restaurés. Quatre nouveaux édifices ou groupes de bâtiments furent protégés par les Monuments historiques en juin 1908 : la campagne de presse fit-elle accélérer les choses ? C’est peu probable, le processus de classement devait être déjà commencé depuis longtemps.

Pour cette seconde campagne de presse reprise par Le Petit Marseillais, daté d’avril 1908, Marcel Dourgnon avait obtenu une audience auprès du ministre de l’Instruction publique et s’était fait accompagner de nouveau par M. Henri Michel, député des Bouches-du-Rhône ; ses amis Fernand Izouard et Albert Crémieux, avocats au barreau de Paris et tous deux « Cigaliers », étaient aussi de la partie. Une mission de reconnaissance des lieux devaient être suivie de la remise d’un rapport au ministre. On s’adjoignit un photographe, M. Rebouillon dont les clichés sont reproduits dans « les Gazettes » (publication non identifiée) ou gravées dans Le Petit Marseillais, daté d’avril 1908.

Il est important de noter l’appui de M. Noblemaire, directeur de la compagnie des chemins de fer du PLM et du Syndicat d’initiative local, représenté par G. Izouard, frère de l’avocat. Les retombées touristiques de la consolidation du village n’étaient pas négligeables, l’« intérêt » de personnalités pour un projet de ce type n’a rien d’étonnant, de même que les mises à jour du guide Joanne, diffusé en partie dans les gares et lié aux offices de tourisme.

En tous cas, le guide Joanne Provence édité en 1911 souligne que « presque toute la ville est classée parmi les Monument historiques » (p. 127). La mention « bien restaurée » ou « restauré » complète respectivement les descriptions de la maison des Porcelets ou du portail roman de l’église. Enfin, la visite de la ville est conclue par « La restauration méthodique des Baux est entreprise » (p. 129) comme cela était déjà le cas dans l’édition de 1906 : faut-il comprendre que les travaux continuaient ou est-ce la simple reprise de la description ?

L’édition suivante du guide Joanne parue en 1914 ne fait plus mention des restaurations ou du classement d’un édifice de la ville : pourtant, l’hôtel de ville fut protégé en 1914 par les Monument historiques. Il semble donc que les actions de Marcel Dourgnon furent couronnées de succès. La protection et la restauration du site étaient arrivées à leur aboutissement, il n’était plus nécessaire d’en faire mention dans le guide Joanne qui jusqu’à présent s’était fait l’écho des travaux entrepris.

Est-ce uniquement par amitié pour Frédéric Mistral que Marcel Dourgnon s’était investi dans cette campagne de presse ou parce qu’il était profondément resté attaché à sa région ? La réponse à la seconde question devrait être affirmative, si l’on en croit cet extrait d’un article publié à la faveur de la campagne de presse de 1903, paru dans un journal non identifié mais repris à l’identique dans le Soleil en mai 1903 : « Le malheur serait irréparable, et c’est ce que l’on pense dans toute la Provence, et aussi à Paris, où les Méridionaux ont toujours les yeux fixés sur leur région. »

Un réseau d’architectes liés au Midi de la France

Nous disposons de quelques éléments de confirmation de l’attachement de Marcel Dourgnon à sa Provence natale grâce à un document d’archive qui permet de mieux connaître le réseau dans lequel Marcel Dourgnon évoluait. Une piste capitale est donnée dans le bordereau de la succession de l’architecte, décédé en 1911, conservé aux Archives de Paris. Il possédait un immeuble de rapport sis au 78 rue Spontini dans le XVIe arrondissement de Paris. Cette information témoigne de l’ascension sociale du fils de maçon venu étudier à l’École des beaux-arts de Paris, élève de Jean-Louis Pascal, lauréat ensuite du concours international pour la construction du musée des Antiquités égyptiennes du Caire. C’est sans doute parce qu’il avait dû occuper plusieurs emplois pendant ses longues études parisiennes qu’il lui tint à cœur de placer ses avoirs dans des actions diverses, des assurances sur la vie et cette maison de rapport.

Paris, situation de l'îlot d'immeubles construits par H. Tassu en 1906.

Une visite sur place est riche d’enseignements, car l’immeuble existe toujours. En effet, il était tentant de supposer que Marcel Dourgnon avait été l’architecte d’un ensemble d’immeubles de rapport dont il aurait ensuite acquis une partie. Dans ce cas, on aurait pu avoir une idée de son style architectural dans un contexte privé, puisque le style de l’architecte n’est connu que dans le cadre de commandes officielles.

Paris XVIe : îlot sis entre les rues Spontini, Godard et Mony

Malheureusement, cet immeuble en pierre de taille de six étages a été construit par Henri Tassu (1853-1937 [?]), qui construisit en 1906 l’ensemble de l’îlot grossièrement triangulaire sis entre les actuelles rues Spontini, Benjamin Godard et Mony à Paris.

Immeuble sis au 78 rue Spontini.


Signature de l'architecte.

Cet architecte au nom méridional (tassu signifie « if » en langue corse) fut un élève de l’École des beaux-arts dans les ateliers de Jules Pillet et Jean-Charles Laisné. Habitué de ce type de programmes architecturaux commandités par des promoteurs ou des entrepreneurs, Henri Tassu dessina des immeubles de styles différents (néo-roman, Art nouveau, XVIIIe siècle) ce qui évite un effet de monotonie ou de « grand ensemble architectural ». Juste à côté, au numéro 6 de la rue Dufresnoy, on a la surprise de trouver un immeuble très original (quatre sculptures ont pour thème des fables de La Fontaine) signé par J. Formigé et E. Gonse édifié en 1909. En l’état actuel de nos recherches, il n’est pas possible d’attribuer cet immeuble à Jean (Camille) Formigé ou à son fils Jules : le premier eut une longue carrière, le second marcha sur les traces de son père ; il est difficile de les différencier car ils sont souvent signalés par la seule initiale « J. ». Marcel Dourgnon connaissait Jean Camille Formigé puisqu’il avait travaillé dans son agence pour la construction du Palais des beaux-arts de l’exposition de 1889, avant de partir pour le Chili où il officia pendant 4 ans comme architecte du gouvernement ; sans doute connaissait-il aussi son fils Jules.

Immeuble sis au 6 rue Dufresnoy construit en 1909.

Signature des architectes.

On se retrouve ici face à une concentration de personnes dans l’espace réduit de quelques parcelles parisiennes qui se connaissaient et qui toutes, de près ou de loin, étaient liées au Midi de la France :

- Jean-Louis Pascal (1837-1920), professeur dans l’atelier de l’École des beaux-arts où étudia Marcel Dourgnon, avait été nommé à deux reprises architecte des diocèses de Valence et d’Avignon et avait restauré les cathédrales Saint-Apollinaire et Notre-Dame des Doms ;

- Jean Camille Formigé (1845-1926) employa le jeune Marcel Dourgnon lors de l’Exposition universelle de 1889 ; il participa aux fouilles et à la restauration de monuments gallo-romains à la suite de Questel en particulier dans le Midi de la France : théâtre d’Orange, les Antiques de Glanum, etc.

- Son fils Jules (1879-1960) fut aussi élève de Jean-Louis Pascal. Il succéda à son père et travailla à la restauration de plusieurs édifices antiques du Midi de la France : le trophée de la Turbie, l’arc et le théâtre d’Orange, le mausolée et l’arc de Glanum à Saint-Rémy-de-Provence, etc.

- Henri Tassu (1853-1937 [?]), élève de Jules Pillet et Jean Charles Laisné, construisit de nombreux immeubles de rapport à Paris, en particulier dans le XVIIe arrondissement, des villas, des hôtels… Comme Marcel Dourgnon, il était membre de la fondation Taylor.

- Emmanuel Gonse (1880-1954), élève de Jean Louis Pascal, qui était associé avec Charles Duval (1873-1937), est en revanche surtout connu pour les reconstructions d’églises dans le nord de la France après la première guerre mondiale : Arvilliers (1928), Beumaignes (1929), Roye (1933)… L’immeuble de la rue Dufresnoy en collaboration avec l’un des Formigé est une œuvre de jeunesse.

On notera que beaucoup étaient en relation avec l’architecte Jean Louis Pascal qui fut le parrain de Marcel Dourgnon pour sa remise de la Légion d’honneur en 1903.

Il est intéressant de voir combien Marcel Dourgnon avait gardé des liens étroits avec sa région et sa culture d’origine. On aurait pu penser que ses fonctions d’architecte à l’étranger (Chili et Égypte) ainsi que d’adjoint au maire puis de maire du IXe arrondissement de Paris l’avaient éloigné de sa Provence natale. Il était parfaitement intégré dans la vie parisienne, dont il animait de nombreuses soirées, et appartenait à plusieurs associations ou clubs, mais malgré cela il resta provençal de cœur.

NB. Je remercie Marie-Laure Crosnier Leconte qui m’a amicalement fourni des renseignements éclairants sur certains architectes des Beaux-Arts.



Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , ,

Posté dans : Architectes, architectures

Un commentaire pour “ Le réseau méridional de l’architecte marseillais Marcel Dourgnon ”

  1. Hélène Morlier le 07/12/2010 à 14:37

    Hello,
    I am afraid I can't read you! Could you write your comment in English? That would be nice. I am looking forward reading you! Best wishes, HM

Laisser un commentaire

Vous devez être authentifié pour poster un commentaire.