Le RIHA-Journal, une expérience novatrice d'édition numérique en histoire de l'art

13 juillet 2011
Par

Le RIHA-Journal, revue d'histoire de l'art publiée uniquement en ligne, émanation du RIHA, réseau de 27 instituts d'histoire de l'art dans le monde, a été lancé en avril 2010. L'INHA avait inauguré la plateforme avec un article sur la nouvelle édition du Journal de Delacroix, par Michelle Hannoosh — un texte fascinant, l'auteur ayant retrouvé, restitué ou rétabli et édité des dizaines de pages manquantes du Journal, à la suite d'une exploration d'une vingtaine d'années qui l'a menée jusque dans les greniers d'un descendant... une histoire romanesque à souhait. À l'occasion de la parution d'un nouvel article (de la jeune chercheuse Frauke Josenhans sur le peintre allemand Dillis et son périple dans le Sud de la France), 26e article depuis la naissance de cette publication, il est bon de présenter cette revue comme elle le mérite.

Il me semble en effet qu'en histoire de l'art, les revues uniquement en ligne et qui adoptent les fonctionnalités avancées des outils de publication numériques sont rares — citons toutefois, au moins, images re-vues (qui a migré depuis peu sur le portail revues.org: ici). Le RIHA Journal a ceci de particulier qu'il est la publication d'un réseau au sens propre, et qu'il permet également de fédérer et élargir un réseau. Il est frappant de voir en effet que dans la courte mais déjà intense vie de cette revue, les «petits» (au sens démographique et au vu de l'histoire de la discipline) pays sont particulièrement actifs:

− Allemagne - Munich (Zentralinstitut für Kunstgeschichte / Central Institute for Art History): quatre articles.

− Autriche - Vienne (Kommission für Kunstgeschichte / Commission for the History of Art): deux articles.

− Croatie - Zagreb (Institut za povijest umjetnosti / Institute of Art History): un article.

− Danemark - Copenhague (The Danish National Art Library): deux articles.

− Espagne - Barcelone (Instituto Amatller de Arte Hispánico / Amatller Institute of Hispanic Art): un article.

− France - Paris (Institut national d'histoire de l'art): deux articles.

− Grande-Bretagne - Londres (The Courtauld Institute of Art): un article.

− Pologne - Cracovie (Międzynarodowe Centrum Kultury / International Cultural Centre) : quatre articles (certains sont publiés en deux langues, polonais et anglais, ou polonais et allemand).

− République tchèque - Prague (Ústav dějin umění / Institute of Art History): deux articles.

− Roumanie - Bucarest (Institutul de Istoria Artei George Oprescu / George Oprescu Institute for Art History): un article.

− USA - Williamstown, MA (Clark Art Institute): un article.

Le RIHA Journal illustre parfaitement combien la recherche dans des pays dont les publications étaient peu diffusées précédemment ou mal connues du public des chercheurs peut bénéficier de tels supports.

Rappelons les caractéristiques principales de cette publication:

— les articles sont soumis par leur auteur à l'éditeur local (un pour chacun des 27 pays), qui soumet le texte à deux rapporteurs de son choix, lesquels liront un texte dont le nom de l'auteur est volontairement masqué et justifieront leur décision de faire publier ou non l'article. En histoire de l'art, une telle procédure de double blind peer review est suffisamment rare, du moins en France, encore, pour être soulignée. En cas de publication, les noms des rapporteurs sont indiqués sur la page d'accueil et dans les métadonnées de l'article.

— les textes sont publiés en html et disponibles aussi en format pdf. La revue est en open access. L'équipe du Zentralinstitut qui, à Munich, est responsable de cette publication, veille à la pérennité des adresses URL et à la qualité du référencement.

— le CMS choisi est Plone, avec une interface agréable - à la fois sobre et pratique. Outre des fonctionnalités comme la possibilité de mettre en page des galeries d'images et de placer les images dans le corps du texte, les paragraphes du texte courant sont numérotés, et l'on sait à quel point cela est utile pour se repérer dans la masse du texte quand il s'agit d'une publication en ligne et qu'on ne peut s'appuyer sur aucune «jauge» naturelle comme celle que fournirait le poids ou le nombre de pages d'un ouvrage imprimé. Le RIHA Journal n'impose aucune limite de calibrage. Les notes sont cliquables. Une page «Métadonnées» est disponible à part (fig. 1), abondamment documentée.

— les entrées dans les articles se font par de multiples biais: numéro d'article, période traitée, nom d'auteur, date de publication...

— les langues acceptées sont les 5 langues du CIHA (Comité international d'histoire de l'art). Dans certains pays comme la Pologne, les instituts aident au financement de la traduction des textes dans l'une des 5 langues.

— tous les sujets d'histoire de l'art sont acceptés, seule compte la qualité du propos (NB: pour ce qui concerne la France, nous avons élaboré une grille de lecture que nous fournissons aux rapporteurs, et qui prend en compte tous les aspects, scientifique, linguistique, rhétorique etc... de l'article).

La structure décentralisée de la publication renforce un relatif équilibre entre les pays, et atténue probablement les effets de «provincialisme» dont certains pays auraient pu pâtir, d'autant que dans chaque pays l'édition s'appuie sur un institut dont la réputation, au niveau national et international, n'est plus à faire. On peut raisonnablement affirmer que ce type de publication, en ligne, met à mal une hiérarchie traditionnelle entre les pays et que le paysage se recompose de façon tout à fait nouvelle... Pour avoir participé, en octobre 2010, à la rencontre Art history in the web, j'ai pu constater de près, par la présence et le dynamisme de chercheurs et éditeurs venus de Pologne, Slovaquie, Slovénie, Hongrie etc., qui plus est tous parfaitement bilingues (la conférence avait lieu en anglais), ces mutations profondes en cours.

Lors de cette rencontre, Regina Wenninger, du Zentralinstitut de Munich, et Katarzyna Japodzinska, du Centre culturel international de Cracovie, ont longuement évoqué tous ces aspects, mettant aussi l'accent sur des points comme la difficulté à lutter contre un certain nombre de préjugés qui ont encore cours chez les chercheurs de la discipline: on le sait, pour beaucoup d'entre eux, les publications en ligne restent des "sous-publications"... La force de frappe de la diffusion sur le net devrait les faire changer d'avis; elle exige en effet de leur part ainsi que de celle des éditeurs une attitude radicalement inverse: plus les publications sont diffusées, plus elles doivent répondre à des critères exigeants.

De même, open access ne signifie pas publication à moindre coût: l'exigence que je viens de signaler a un prix, en temps, en maintenance de l'outil, en formation éditoriale et technique, sans parler de la formation traditionnelle des éditeurs et des connaissances des uns et des autres du domaine. Accorder à une revue numérique et à ceux qui publient dans ses "pages" les moyens de le faire correctement permettra de répondre aux critères de qualité que la science mérite.

Autre difficulté à laquelle ce type de publication, et leurs auteurs, doivent faire face: tout ce qui relève de la question des droits et des autorisations de publication liés aux images. On sait qu'en histoire de l'art, c'est une question particulièrement cruciale, parce qu'à double détente: la reproduction d'une œuvre, même du domaine public, risque d'être soumise à des droits, entre autres ceux du photographe du cliché de reproduction. Les chercheurs (qui en général ne gagnent rien en publiant leurs articles...) se heurtent à la politique des sociétés de gestion de droits, lesquelles sont, de leur côté, dans leur rôle, leur raison d'être étant précisément de se rétribuer le plus possible en reproduisant et/ou diffusant les images: le rapport de force est permanent entre ces deux logiques. Ces questions sont débattues régulièrement entre les équipes éditoriales du RIHA Journal lors de leurs rencontres. Nous aurons l'occasion d'y revenir.

 

Anne-Laure Brisac-Chraïbi

 

 


Anne-Laure Brisac-Chraïbi

Éditrice, équipe InVisu (USR 3103 INHA-CNRS)

More Posts

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , , , , , , , ,

Posté dans : Editions, expositions, Outils de publication

Laisser un commentaire

Vous devez être authentifié pour poster un commentaire.