L’édition numérique comme complément de la publication sur papier

1 septembre 2010
Par

La préparation d’un ouvrage de synthèse sur quelque sujet que ce soit est précédée d’un important travail de recherche sur le terrain ou dans les archives. Ces informations, une fois organisées et utilisées pour étayer une étude, restent souvent à l’état de documents Word ou de photographies plus ou moins légendées sur le disque dur des auteurs de la recherche.

L’édition sur papier

Pour le livre Concours pour le musée des Antiquités égyptiennes du Caire, 1895 (Paris : Picard, CNRS, DIPSAC, 2010, 256 p.), une très importante documentation provenant de divers fonds d’archives (fonds Maspero de Institut de France, plusieurs fonds conservés aux Archives nationales, fonds Le Caire du Centre des archives diplomatiques du ministère des Affaires étrangères, fonds Hennebique du Centre d’archives d’architecture du XXe siècle) et des articles de la presse internationale contemporaine ont été réunis et organisés chronologiquement par Marie-Laure Crosnier Leconte, auteur de plusieurs chapitres de cette publication.

Si l’on évalue le volume de cette documentation en nombre de signes, on arrive au chiffre élevé de 525.000 signes, ce qui équivaut à celui du livre. Dans le cas où nous aurions souhaité publier intégralement cette documentation, il aurait fallu alourdir le livre de 250 pages supplémentaires, ce qui revenait aussi à doubler le budget de fabrication. Nous nous sommes contentés de publier les documents inédits indispensables à la compréhension des événements (articles de presse introuvables traduits en français, rapports manuscrits conservés dans des fonds difficiles d’accès). Pour bien indiquer la différence entre les chapitres de synthèse et les sources, nous avons eu recours à deux mises en pages distinctes : une colonne pour les études, trois pour les documents.

Mise en page sur une colonne d'un texte de synthèse.

Mise en page sur 3 colonnes d'un article de presse.

La documentation accumulée

Restait cette énorme documentation qui a permis d’établir les analyses publiées : elle est intéressante à consulter, mais sa lecture intégrale est fastidieuse. En effet, elle regroupe des extraits de rapports administratifs, des copies de lettres dont les textes sont parfois redondants : certaines lettres ont un même contenu reformulé selon leur destinataire comme les nombreuses réclamations d’ordre financier de Marcel Dourgnon auprès du gouvernement égyptien. Les articles de la presse internationale reprennent souvent les mêmes dépêches, mais il est intéressant de constater quelles nuances peuvent avoir été apportées : certaines informations peuvent avoir été minimisées ou mises en avant comme la nationalité d’un groupe de participants ; cela est très important dans un contexte de nationalisme exacerbé. De plus, la documentation réunie dépasse le cadre du livre : les échanges techniques entre les entreprises chargées de la construction et Hennebique sont évoqués par Marie-Laure Crosnier Leconte dans le chapitre « Un chantier chaotique » (p. 211-233) mais l’auteure s’est concentrée sur les changements architecturaux intervenus entre le projet sélectionné et l’édifice construit, en mentionnant uniquement les éléments techniques pertinents. Les débats sur la résistance des poutrelles et du ciment armé étaient hors sujet. Les aménagements intérieurs et les modifications qui eurent lieu jusqu’en 1914 n’entraient pas non plus dans le cadre du livre.

Mise en ligne de la documentation

Il nous a donc semblé dommage de laisser une documentation aussi riche dormir sur un disque dur. La mise en ligne de cette documentation devient alors un heureux complément du livre : le lecteur peut consulter les sources très complètes auxquelles il n’aurait pas eu forcément accès, depuis son ordinateur.

Pour faciliter la consultation de ce très long texte, nous (Antonio Mendes da Silva et moi) avons créé un document électronique au format pdf avec des signets. Les signets correspondent aux années et permettent d’aller directement aux grandes articulations chronologiques de l’histoire du concours et de la construction du musée : par exemple, le jugement du jury en 1895, la pose de la première pierre en 1897, l’inauguration en 1902…

La mise en page, très simple, est faite sur un format A4, facile à imprimer, sans perte de papier, avec rappel en titre courant du sujet : « Concours pour le musée des Antiquités du Caire : chronologie des sources ». Les articles de presse sont distingués des textes d’archives par un titre de couleur sépia.

L’adresse url de consultation avait été créée avant la sortie du livre, ce qui avait permis de l’indiquer dans le corps du texte. Ainsi à la fin du chapitre « Le contexte historique du concours » (p. 31-40) par Milva Giacomelli, le lecteur est averti par un encadré (p. 40) de l’existence de cette documentation en ligne consultable à l’adresse suivante : http://invisu.inha.fr/Concours-du-musee-des-Antiquites

C’est pour nous une première expérience de complémentarité entre édition papier et édition numérique. Nous attendons les éventuelles remarques des lecteurs afin d’améliorer la présentation. Quoi qu’il en soit, cet essai a été pour nous riche d’enseignements en nous permettant de reconsidérer les approches habituelles du travail éditorial.

Hélène Morlier, Éditrice, InVisu CNRS/INHA




Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Editions, expositions, Outils de publication

Laisser un commentaire

Vous devez être authentifié pour poster un commentaire.


Carnets de recherche