Le MAIA Project

Lors de la rencontre Digital Humanities 2010, à Londres (5-10 juillet 2010), Sarah Kansa (The Alexandria Archive Institute) a présenté le MAIA, The Modern Art Iraq Archiv, lors de la matinée thématique « Visual Art ».

Le musée d’Art moderne de Bagdad (fondé en 1986) a été très endommagé en 2003 par des bombardements, pillages et incendie. Un grand nombre des 8000 œuvres qu’il abritait a été détruit ou dispersé à travers le pays et à l’étranger. Ce qu’il en reste est rassemblé aujourd’hui dans trois salles, dans des conditions de conservation misérables ; les bâtiments du musée sont devenus le ministère de la Culture.

Le projet MAIA, The Modern Art Iraq Archiv, dirigé par Sarah Kansa, Nada Shabout (The University of North Texas) et Saleem al-Bahloly (University of California, Berkeley) vise à reconstituer virtuellement ce musée. Il s’agit de mettre en ligne, de manière participative, ce patrimoine artistique du XXe siècle (peintures, photos, sculptures, dessins). L’objectif est d’exposer des numérisations d’œuvres encore existantes ou disparues. Le travail de recollection est d’autant plus difficile que la documentation du musée (inventaire, dossiers d’œuvres…), déjà très lacunaire, a disparu également. Elle est en cours de reconstitution et numérisation par Nada Shabout depuis 3 ans. La recherche s’appuie sur toute information disponible auprès de collectionneurs particuliers, personnel de documentation d’institutions muséales ou patrimoniales, familles d’artistes, mais aussi à partir de coupures de presse, catalogues de vente etc. permettant d’alimenter le contenu de la base qui documente les œuvres. La base elle-même sera articulée à d’autres sites web.

Le projet s’appuie sur deux outils ouverts, OMEKA (plateforme ouverte de publication de collections en ligne) et Open Context (système ouvert de publication de données, qui facilite la recherche dans une base, ce dont OMEKA est mal pourvu). Collaboratif, il accueillera les informations recueillies auprès des internautes, ce qui aidera à reconstituer ce patrimoine.

L’objectif est mettre en ligne toutes les œuvre possibles de ce musée, même les œuvres anonymes – un artiste qui reconnaîtrait son travail pourrait le cas échéant en exiger le retrait. Sinon, les images sont présentées sous licence ©© (pas de commercialisation ; œuvre partageable en l’état).

L’ouverture de la plateforme est annoncée pour septembre 2010, en anglais et arabe. Les tags et commentaires des internautes seront eux aussi possibles en plusieurs langues.

On connaissait les « musées en ligne », catalogues numérisés des / de collections de musées réels. On connaît aussi l’exemple de musées uniquement virtuel comme le Museo Virtual de Artes d’Uruguay (dont nous reparlerons prochainement). Le MAIA propose, au-delà de son intérêt documentaire et scientifique, une autre dimension encore : une sorte de « musée de musée », de musée au second degré – ou : comment le numérique et le web sémantique permettent la restitution ainsi que la conservation/diffusion d’ [images d’]objets dans un espace virtuel relayant un lieu dont la mission était justement de conserver/diffuser/transmettre ces connaissances patrimoniales.

Anne-Laure Brisac-Chraïbi


Anne-Laure Brisac-Chraïbi

Éditrice, équipe InVisu (USR 3103 INHA-CNRS)

More Posts

Publié par

Anne-Laure Brisac-Chraïbi

Éditrice, équipe InVisu (USR 3103 INHA-CNRS)

Laisser un commentaire