Journée d’étude 13 janvier 2012 – « Signes & Balises. L’édition numérique en histoire de l’art, réalisations, projets, enjeux. »

Que devient l’édition d’histoire de l’art, avec le numérique ?

Les chercheurs et les amateurs écrivent/lisent l’histoire de l’art en prenant comme point de départ les objets visuels. Se posent alors ces questions (entre autres):

– comment les nouvelles formes de publications que fait naître le numérique se présentent-elles ?

– quels types d’ouvrages et de lecture sont-ils proposés ?

– quels liens s’établissent-ils avec les catalogues de musées, d’exposition en ligne ?

– de quelle façon les éditeurs prennent-ils en compte cette discipline particulière – quels modèles économiques imaginent-ils, quels aspects juridiques doivent-ils envisager ?

Nous en débattrons lors de la journée d’étude du vendredi 13 janvier 2012 que j’ai intitulée

 

Signes & Balises. L’édition numérique en histoire de l’art, réalisations, projets, enjeux.

 

 

Cela se passe à l’auditorium de la galerie Colbert, à l’INHA, 2 rue Vivienne, Paris IIe et l’entrée est libre et gratuite.

Voici le programme détaillé:

Matinée

9h30-9h45

Ouverture, par Antoinette Le Normand-Romain, directeur général de l’INHA

9h45-10h30
Introduction, par Anne-Laure Brisac-Chraïbi, responsable de l’édition numérique à l’INHA

10h30-11h15
The RIHA Journal, an academic online journal for a network, par Regina
Wenniger (Zentralinstitut, Munich)

11h30-11h45 Pause café

11h45-13h15
Trois revues sur une plateforme : In Situ, Images-revues, Les Nouvelles de
l’estampe rejoignent revues.org, table ronde avec Béatrice Berchon, Pierre-Olivier
Dittmar, Rémi Mathis, animée par Inès de Montesquieu (revues.org)

13h15-14h30 Pause

Après-midi

14h30-15h00
Écrire l’histoire de l’architecture en Méditerranée orientale : édition papier, blog,
revue scientifique, par Mercedes Volait (InVisu, CNRS/INHA)

15h15-16h45
Édition de musées, édition grand public, table ronde avec Emmanuelle Bermès (Centre
Pompidou), Benoît Deshayes et Cécile Maisonneuve (RMN), animée par Anne-Laure Brisac-
Chraïbi

16h45-17h00 Pause

17h00-18h00
Droit et image en mode numérique : enjeux et perspectives, par Anne-Laure Stérin,
juriste, consultante, chargée de cours à l’université Paris-Est

 

 

 

Anne-Laure Brisac-Chraïbi

Éditrice, équipe InVisu (USR 3103 INHA-CNRS)

More Posts

Le RIHA-Journal, une expérience novatrice d’édition numérique en histoire de l’art

Le RIHA-Journal, revue d’histoire de l’art publiée uniquement en ligne, émanation du RIHA, réseau de 27 instituts d’histoire de l’art dans le monde, a été lancé en avril 2010. L’INHA avait inauguré la plateforme avec un article sur la nouvelle édition du Journal de Delacroix, par Michelle Hannoosh — un texte fascinant, l’auteur ayant retrouvé, restitué ou rétabli et édité des dizaines de pages manquantes du Journal, à la suite d’une exploration d’une vingtaine d’années qui l’a menée jusque dans les greniers d’un descendant… une histoire romanesque à souhait. À l’occasion de la parution d’un nouvel article (de la jeune chercheuse Frauke Josenhans sur le peintre allemand Dillis et son périple dans le Sud de la France), 26e article depuis la naissance de cette publication, il est bon de présenter cette revue comme elle le mérite.

Il me semble en effet qu’en histoire de l’art, les revues uniquement en ligne et qui adoptent les fonctionnalités avancées des outils de publication numériques sont rares — citons toutefois, au moins, images re-vues (qui a migré depuis peu sur le portail revues.org: ici). Le RIHA Journal a ceci de particulier qu’il est la publication d’un réseau au sens propre, et qu’il permet également de fédérer et élargir un réseau. Il est frappant de voir en effet que dans la courte mais déjà intense vie de cette revue, les «petits» (au sens démographique et au vu de l’histoire de la discipline) pays sont particulièrement actifs:

− Allemagne – Munich (Zentralinstitut für Kunstgeschichte / Central Institute for Art History): quatre articles.

− Autriche – Vienne (Kommission für Kunstgeschichte / Commission for the History of Art): deux articles.

− Croatie – Zagreb (Institut za povijest umjetnosti / Institute of Art History): un article.

− Danemark – Copenhague (The Danish National Art Library): deux articles.

− Espagne – Barcelone (Instituto Amatller de Arte Hispánico / Amatller Institute of Hispanic Art): un article.

− France – Paris (Institut national d’histoire de l’art): deux articles.

− Grande-Bretagne – Londres (The Courtauld Institute of Art): un article.

− Pologne – Cracovie (Międzynarodowe Centrum Kultury / International Cultural Centre) : quatre articles (certains sont publiés en deux langues, polonais et anglais, ou polonais et allemand).

− République tchèque – Prague (Ústav dějin umění / Institute of Art History): deux articles.

− Roumanie – Bucarest (Institutul de Istoria Artei George Oprescu / George Oprescu Institute for Art History): un article.

− USA – Williamstown, MA (Clark Art Institute): un article.

Le RIHA Journal illustre parfaitement combien la recherche dans des pays dont les publications étaient peu diffusées précédemment ou mal connues du public des chercheurs peut bénéficier de tels supports.

Rappelons les caractéristiques principales de cette publication:

— les articles sont soumis par leur auteur à l’éditeur local (un pour chacun des 27 pays), qui soumet le texte à deux rapporteurs de son choix, lesquels liront un texte dont le nom de l’auteur est volontairement masqué et justifieront leur décision de faire publier ou non l’article. En histoire de l’art, une telle procédure de double blind peer review est suffisamment rare, du moins en France, encore, pour être soulignée. En cas de publication, les noms des rapporteurs sont indiqués sur la page d’accueil et dans les métadonnées de l’article.

— les textes sont publiés en html et disponibles aussi en format pdf. La revue est en open access. L’équipe du Zentralinstitut qui, à Munich, est responsable de cette publication, veille à la pérennité des adresses URL et à la qualité du référencement.

— le CMS choisi est Plone, avec une interface agréable – à la fois sobre et pratique. Outre des fonctionnalités comme la possibilité de mettre en page des galeries d’images et de placer les images dans le corps du texte, les paragraphes du texte courant sont numérotés, et l’on sait à quel point cela est utile pour se repérer dans la masse du texte quand il s’agit d’une publication en ligne et qu’on ne peut s’appuyer sur aucune «jauge» naturelle comme celle que fournirait le poids ou le nombre de pages d’un ouvrage imprimé. Le RIHA Journal n’impose aucune limite de calibrage. Les notes sont cliquables. Une page «Métadonnées» est disponible à part (fig. 1), abondamment documentée.

— les entrées dans les articles se font par de multiples biais: numéro d’article, période traitée, nom d’auteur, date de publication…

— les langues acceptées sont les 5 langues du CIHA (Comité international d’histoire de l’art). Dans certains pays comme la Pologne, les instituts aident au financement de la traduction des textes dans l’une des 5 langues.

— tous les sujets d’histoire de l’art sont acceptés, seule compte la qualité du propos (NB: pour ce qui concerne la France, nous avons élaboré une grille de lecture que nous fournissons aux rapporteurs, et qui prend en compte tous les aspects, scientifique, linguistique, rhétorique etc… de l’article).

La structure décentralisée de la publication renforce un relatif équilibre entre les pays, et atténue probablement les effets de «provincialisme» dont certains pays auraient pu pâtir, d’autant que dans chaque pays l’édition s’appuie sur un institut dont la réputation, au niveau national et international, n’est plus à faire. On peut raisonnablement affirmer que ce type de publication, en ligne, met à mal une hiérarchie traditionnelle entre les pays et que le paysage se recompose de façon tout à fait nouvelle… Pour avoir participé, en octobre 2010, à la rencontre Art history in the web, j’ai pu constater de près, par la présence et le dynamisme de chercheurs et éditeurs venus de Pologne, Slovaquie, Slovénie, Hongrie etc., qui plus est tous parfaitement bilingues (la conférence avait lieu en anglais), ces mutations profondes en cours.

Lors de cette rencontre, Regina Wenninger, du Zentralinstitut de Munich, et Katarzyna Japodzinska, du Centre culturel international de Cracovie, ont longuement évoqué tous ces aspects, mettant aussi l’accent sur des points comme la difficulté à lutter contre un certain nombre de préjugés qui ont encore cours chez les chercheurs de la discipline: on le sait, pour beaucoup d’entre eux, les publications en ligne restent des « sous-publications »… La force de frappe de la diffusion sur le net devrait les faire changer d’avis; elle exige en effet de leur part ainsi que de celle des éditeurs une attitude radicalement inverse: plus les publications sont diffusées, plus elles doivent répondre à des critères exigeants.

De même, open access ne signifie pas publication à moindre coût: l’exigence que je viens de signaler a un prix, en temps, en maintenance de l’outil, en formation éditoriale et technique, sans parler de la formation traditionnelle des éditeurs et des connaissances des uns et des autres du domaine. Accorder à une revue numérique et à ceux qui publient dans ses « pages » les moyens de le faire correctement permettra de répondre aux critères de qualité que la science mérite.

Autre difficulté à laquelle ce type de publication, et leurs auteurs, doivent faire face: tout ce qui relève de la question des droits et des autorisations de publication liés aux images. On sait qu’en histoire de l’art, c’est une question particulièrement cruciale, parce qu’à double détente: la reproduction d’une œuvre, même du domaine public, risque d’être soumise à des droits, entre autres ceux du photographe du cliché de reproduction. Les chercheurs (qui en général ne gagnent rien en publiant leurs articles…) se heurtent à la politique des sociétés de gestion de droits, lesquelles sont, de leur côté, dans leur rôle, leur raison d’être étant précisément de se rétribuer le plus possible en reproduisant et/ou diffusant les images: le rapport de force est permanent entre ces deux logiques. Ces questions sont débattues régulièrement entre les équipes éditoriales du RIHA Journal lors de leurs rencontres. Nous aurons l’occasion d’y revenir.

 

Anne-Laure Brisac-Chraïbi

 

 

Anne-Laure Brisac-Chraïbi

Éditrice, équipe InVisu (USR 3103 INHA-CNRS)

More Posts

L’édition numérique comme complément de la publication sur papier

La préparation d’un ouvrage de synthèse sur quelque sujet que ce soit est précédée d’un important travail de recherche sur le terrain ou dans les archives. Ces informations, une fois organisées et utilisées pour étayer une étude, restent souvent à l’état de documents Word ou de photographies plus ou moins légendées sur le disque dur des auteurs de la recherche.

L’édition sur papier

Pour le livre Concours pour le musée des Antiquités égyptiennes du Caire, 1895 (Paris : Picard, CNRS, DIPSAC, 2010, 256 p.), une très importante documentation provenant de divers fonds d’archives (fonds Maspero de Institut de France, plusieurs fonds conservés aux Archives nationales, fonds Le Caire du Centre des archives diplomatiques du ministère des Affaires étrangères, fonds Hennebique du Centre d’archives d’architecture du XXe siècle) et des articles de la presse internationale contemporaine ont été réunis et organisés chronologiquement par Marie-Laure Crosnier Leconte, auteur de plusieurs chapitres de cette publication.

Si l’on évalue le volume de cette documentation en nombre de signes, on arrive au chiffre élevé de 525.000 signes, ce qui équivaut à celui du livre. Dans le cas où nous aurions souhaité publier intégralement cette documentation, il aurait fallu alourdir le livre de 250 pages supplémentaires, ce qui revenait aussi à doubler le budget de fabrication. Nous nous sommes contentés de publier les documents inédits indispensables à la compréhension des événements (articles de presse introuvables traduits en français, rapports manuscrits conservés dans des fonds difficiles d’accès). Pour bien indiquer la différence entre les chapitres de synthèse et les sources, nous avons eu recours à deux mises en pages distinctes : une colonne pour les études, trois pour les documents.

Mise en page sur une colonne d'un texte de synthèse.

Mise en page sur 3 colonnes d'un article de presse.

La documentation accumulée

Restait cette énorme documentation qui a permis d’établir les analyses publiées : elle est intéressante à consulter, mais sa lecture intégrale est fastidieuse. En effet, elle regroupe des extraits de rapports administratifs, des copies de lettres dont les textes sont parfois redondants : certaines lettres ont un même contenu reformulé selon leur destinataire comme les nombreuses réclamations d’ordre financier de Marcel Dourgnon auprès du gouvernement égyptien. Les articles de la presse internationale reprennent souvent les mêmes dépêches, mais il est intéressant de constater quelles nuances peuvent avoir été apportées : certaines informations peuvent avoir été minimisées ou mises en avant comme la nationalité d’un groupe de participants ; cela est très important dans un contexte de nationalisme exacerbé. De plus, la documentation réunie dépasse le cadre du livre : les échanges techniques entre les entreprises chargées de la construction et Hennebique sont évoqués par Marie-Laure Crosnier Leconte dans le chapitre « Un chantier chaotique » (p. 211-233) mais l’auteure s’est concentrée sur les changements architecturaux intervenus entre le projet sélectionné et l’édifice construit, en mentionnant uniquement les éléments techniques pertinents. Les débats sur la résistance des poutrelles et du ciment armé étaient hors sujet. Les aménagements intérieurs et les modifications qui eurent lieu jusqu’en 1914 n’entraient pas non plus dans le cadre du livre.

Mise en ligne de la documentation

Il nous a donc semblé dommage de laisser une documentation aussi riche dormir sur un disque dur. La mise en ligne de cette documentation devient alors un heureux complément du livre : le lecteur peut consulter les sources très complètes auxquelles il n’aurait pas eu forcément accès, depuis son ordinateur.

Pour faciliter la consultation de ce très long texte, nous (Antonio Mendes da Silva et moi) avons créé un document électronique au format pdf avec des signets. Les signets correspondent aux années et permettent d’aller directement aux grandes articulations chronologiques de l’histoire du concours et de la construction du musée : par exemple, le jugement du jury en 1895, la pose de la première pierre en 1897, l’inauguration en 1902…

La mise en page, très simple, est faite sur un format A4, facile à imprimer, sans perte de papier, avec rappel en titre courant du sujet : « Concours pour le musée des Antiquités du Caire : chronologie des sources ». Les articles de presse sont distingués des textes d’archives par un titre de couleur sépia.

L’adresse url de consultation avait été créée avant la sortie du livre, ce qui avait permis de l’indiquer dans le corps du texte. Ainsi à la fin du chapitre « Le contexte historique du concours » (p. 31-40) par Milva Giacomelli, le lecteur est averti par un encadré (p. 40) de l’existence de cette documentation en ligne consultable à l’adresse suivante : http://invisu.inha.fr/Concours-du-musee-des-Antiquites

C’est pour nous une première expérience de complémentarité entre édition papier et édition numérique. Nous attendons les éventuelles remarques des lecteurs afin d’améliorer la présentation. Quoi qu’il en soit, cet essai a été pour nous riche d’enseignements en nous permettant de reconsidérer les approches habituelles du travail éditorial.

Hélène Morlier, Éditrice, InVisu CNRS/INHA



Le MAIA Project

Lors de la rencontre Digital Humanities 2010, à Londres (5-10 juillet 2010), Sarah Kansa (The Alexandria Archive Institute) a présenté le MAIA, The Modern Art Iraq Archiv, lors de la matinée thématique « Visual Art ».

Le musée d’Art moderne de Bagdad (fondé en 1986) a été très endommagé en 2003 par des bombardements, pillages et incendie. Un grand nombre des 8000 œuvres qu’il abritait a été détruit ou dispersé à travers le pays et à l’étranger. Ce qu’il en reste est rassemblé aujourd’hui dans trois salles, dans des conditions de conservation misérables ; les bâtiments du musée sont devenus le ministère de la Culture.

Le projet MAIA, The Modern Art Iraq Archiv, dirigé par Sarah Kansa, Nada Shabout (The University of North Texas) et Saleem al-Bahloly (University of California, Berkeley) vise à reconstituer virtuellement ce musée. Il s’agit de mettre en ligne, de manière participative, ce patrimoine artistique du XXe siècle (peintures, photos, sculptures, dessins). L’objectif est d’exposer des numérisations d’œuvres encore existantes ou disparues. Le travail de recollection est d’autant plus difficile que la documentation du musée (inventaire, dossiers d’œuvres…), déjà très lacunaire, a disparu également. Elle est en cours de reconstitution et numérisation par Nada Shabout depuis 3 ans. La recherche s’appuie sur toute information disponible auprès de collectionneurs particuliers, personnel de documentation d’institutions muséales ou patrimoniales, familles d’artistes, mais aussi à partir de coupures de presse, catalogues de vente etc. permettant d’alimenter le contenu de la base qui documente les œuvres. La base elle-même sera articulée à d’autres sites web.

Le projet s’appuie sur deux outils ouverts, OMEKA (plateforme ouverte de publication de collections en ligne) et Open Context (système ouvert de publication de données, qui facilite la recherche dans une base, ce dont OMEKA est mal pourvu). Collaboratif, il accueillera les informations recueillies auprès des internautes, ce qui aidera à reconstituer ce patrimoine.

L’objectif est mettre en ligne toutes les œuvre possibles de ce musée, même les œuvres anonymes – un artiste qui reconnaîtrait son travail pourrait le cas échéant en exiger le retrait. Sinon, les images sont présentées sous licence ©© (pas de commercialisation ; œuvre partageable en l’état).

L’ouverture de la plateforme est annoncée pour septembre 2010, en anglais et arabe. Les tags et commentaires des internautes seront eux aussi possibles en plusieurs langues.

On connaissait les « musées en ligne », catalogues numérisés des / de collections de musées réels. On connaît aussi l’exemple de musées uniquement virtuel comme le Museo Virtual de Artes d’Uruguay (dont nous reparlerons prochainement). Le MAIA propose, au-delà de son intérêt documentaire et scientifique, une autre dimension encore : une sorte de « musée de musée », de musée au second degré – ou : comment le numérique et le web sémantique permettent la restitution ainsi que la conservation/diffusion d’ [images d’]objets dans un espace virtuel relayant un lieu dont la mission était justement de conserver/diffuser/transmettre ces connaissances patrimoniales.

Anne-Laure Brisac-Chraïbi

Anne-Laure Brisac-Chraïbi

Éditrice, équipe InVisu (USR 3103 INHA-CNRS)

More Posts