D’une exposition, l’autre

L’exposition L’architecte Marcel Dourgnon et l’Égypte a été présentée au public du 21 mai au 12 juin 2010, à l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), salle Roberto Longhi, 6 rue des Petits-Champs et 2 rue Vivienne à Paris, dans le IIe arrondissement.

Affiche de l'exposition. (Graphisme Ozan Tokmakoglu, INHA)

L’exposition avait été organisée au moment de la sortie du livre Concours pour le musée des Antiquités égyptiennes du Caire, 1895 (Paris, Picard, CNRS/INHA, mai 2010) qui relate l’histoire du concours ayant abouti à la construction du musée actuellement visitable au Caire.

Elle était conçue autour de la mise en valeur de cinq dessins aquarellés représentant le musée du Caire, conservés au département des Estampes et de la Photographie de la BNF, et de documents concernant le palais de l’Égypte à l’Exposition universelle de 1900, à Paris.

L’exposition rapprochait les deux œuvres majeures de l’architecte Marcel Dourgnon :

. le musée des Antiquités égyptiennes construit au Caire de 1897 à 1902, de style européen, qui abrite encore de nos jours ces collections;

. le palais de l’Égypte pour l’Exposition universelle de 1900, synthèse de styles égyptiens d’époques différentes, édifice éphémère, détruit.

Ces deux pôles étaient complétés par des documents illustrant les deux précédents musées des Antiquités égyptiennes du Caire et d’autres concernant la carrière de l’architecte et sa vie privée.

Contraintes spatio-temporelles

Les contraintes liées à la mise en place de l’exposition et sa courte durée nous ont conduits à imaginer une exposition virtuelle qui repousserait les contraintes rencontrées.

L’espace

L’unique salle d’exposition de l’INHA est de forme presque triangulaire avec un côté concave vitré qui n’offrait qu’une seule solution pour l’accrochage des dessins aquarellés de l’architecte. Ceux-ci correspondent au projet de l’actuel musée des Antiquités égyptiennes : élévation de la façade, coupes sur deux galeries. Ils avaient été établis avec une échelle de 2 cm par mètre ce qui aboutissait à des documents mesurant plus de 3 m de long pour une hauteur d’1,20 m environ. Le plan des deux niveaux (rez-de-chaussée et 1er étage) était d’une taille plus maniable (1,40 x1 m environ) mais un résumé de la modénature et de la sculpture du bâtiment était aussi dessiné à une très petite échelle : 10 cm pour 1 m, ce qui donnait pour résultat une grisaille très détaillée du décor de l’édifice mesurant 2,50 x 1,70 m. L’accrochage, effectué par le service de restauration de la BNF, commandait la disposition des vitrines à la fois pour leur emplacement et leur contenu. En effet, il fallait par exemple que le visiteur puisse observer les détails de la décoration intérieure du musée prévue par l’architecte et non réalisée, mais aussi avoir suffisamment de recul pour embrasser l’ensemble de la coupe du bâtiment. Ensuite, il fallait que le contenu des vitrines ait une relation directe avec les documents situés au-dessus d’elles afin d’assurer la cohérence de l’exposition. Enfin, le nombre de vitrines, limité à 7 du fait de la surface de la salle d’exposition, obligeait à une structuration et une épuration de leurs contenus. La collaboration avec Marine Acker et Johanna Renard, responsables des expositions à l’INHA, et avec leurs stagiaires a été décisive : les discussions et la mise en commun de nos idées ont permis d’aboutir à un parcours cohérent pour le visiteur et facile à suivre lors d’une visite guidée avec un groupe, tout en tenant compte des consignes de sécurité.

Vue de l'exposition: les grandes aquarelles ne pouvaient être exposée côte à côte à cause d'un redent du mur principal. (Photo Laurent Rizzo)

Le temps

La dernière contrainte était d’ordre temporel : cette exposition introduite dans un calendrier déjà chargé ne pouvait durer que 3 semaines même si un espoir de prolongation est apparu, un temps, brièvement. Les heures d’ouverture (15h-20h) pratiques pour les visiteurs qui occupent un emploi dans la journée ne convenaient pas aux personnels de diverses institutions qui fréquentent le restaurant d’entreprise : nombreux sont ceux qui auraient « refait un tour » après le déjeuner. Il faut être conscient de la bonne fréquentation de cette exposition (une trentaine de personnes par jour) malgré la période de la fin des cours et des examens qui dépeuple l’INHA de ses étudiants et professeurs. C’est aussi parce que cette exposition a bien été accueillie par le public littéralement fasciné par la qualité des dessins exposés, que nous avons eu envie de lui offrir une pérennité et une diffusion élargie.

Contraintes liées aux documents

Lors des recherches effectuées pour établir le catalogue, nous avons en effet consulté des documents qui nous éclairaient sur la personnalité de Marcel Dourgnon, sa vie et son œuvre. Malheureusement, tous les documents ne peuvent être exposés malgré leur intérêt. Certains sont difficiles à déchiffrer comme la déclaration de succession de l’architecte rédigé d’une petite écriture serrée avec de nombreuses ratures ; ce formulaire est aussi composé de quatre pages recto-verso impossible à installer dans une vitrine à moins d’avoir recours à des fac-similés qui auraient pris trop de place. Pourtant, nombreuses étaient les informations contenues dans ces pages : nom de ses enfants, bilan de ses possessions et ressources, certaines insoupçonnées comme un immeuble de rapport.

En recoupant ces informations hétéroclites, on comprenait, par exemple, que cet homme né à Marseille et « monté » à Paris conserva toute sa vie des liens étroits avec des Méridionaux : architectes, artistes, avocats, commerçants. Il disposait de ce que nous appellerions actuellement un « réseau » qu’il utilisa ou qu’il servit. Ce type d’information peut être communiqué lors d’une visite guidée mais ne peut faire l’objet d’un cartel forcément rébarbatif car d’une trop longue lecture. D’autres documents étaient dans un état de conservation déplorable qui rendait leur exposition impossible. Il fallut donc procéder à une sélection rigoureuse suffisamment éclairante qui épargnait au visiteur la lecture de cartels trop bavards. Ceux-ci doivent fournir l’information la plus concise possible afin de renseigner le public. Il faut garder à l’esprit qu’ils doivent aussi se trouver à proximité immédiate des objets et loger dans les vitrines sans les envahir.

Une exposition doit attirer le visiteur par des documents visuellement agréables et significatifs. La lecture de textes trop longs est à éviter pour les archives et les cartels. Il faut aussi veiller à conserver la cohérence de l’exposition pour un parcours facilement intelligible par le visiteur individuel ou lors d’une visite guidée. Ces contraintes sont bouleversées par la navigation dans une exposition virtuelle qui propose plusieurs parcours ou laisse le visiteur créer son propre itinéraire selon ses centres d’intérêt.

Vitrine de l'exposition : les photographies ont été privilégiées. (Photo Laurent Rizzo)

Vers une exposition virtuelle

Les principaux commanditaires du futur musée des Antiquités égyptiennes avaient fait le bilan de l’expérience du fonctionnement des deux musées précédents pour établir le programme du concours. Comme eux, nous essaierons de tirer un enseignement de l’expérience acquise lors du montage de l’exposition tenue à l’INHA pour repenser la présentation de l’exposition virtuelle.

Il nous semble qu’une plus grande souplesse accompagnera divers aspects de l’exposition virtuelle. Les contraintes spatio-temporelles n’ont plus lieu d’être, de même qu’il sera possible de mettre en ligne des photographies de documents de tous types sans limitation de nombre. Il sera possible de présenter des archives dont le recto et le verso ont un intérêt équivalent. Leur difficulté de lecture pourra être compensée par une transcription placée en regard suivie de commentaires et d’illustrations reliées. Il sera aussi possible d’ajouter de nouveaux documents selon l’avancement de la recherche, de changer l’organisation des documents si une idée plus pertinente apparait, enfin de modifier des hypothèses avec souplesse sans repenser forcément l’ensemble des commentaires. C’est surtout la possibilité de relier des documents ou des informations entre eux qui nous semble très flexible et présenter le plus grand intérêt. Ces mises en relation font apparaître des liens qui pouvaient ne pas être évidents, par exemple, ceux existant entre les différentes personnes du « réseau » de Marcel Dourgnon sont riches d’enseignements. Enfin, la collaboration internationale pourra être gérée plus facilement par la visualisation en ligne de documents directement comparables par leur confrontation. à terme, il sera sans doute possible d’envisager une répartition géographique des constructions de l’architecte, par exemple par un SIG ou une présentation analogue.

Il semble dès maintenant que nous pourrons établir un dossier assez complet sur cet architecte par la mise en ligne de documents reliés et commentés sans être gênés par les contraintes spatio-temporelles déjà évoquées : surface du lieu d’exposition, nombre de pages d’un livre, date du vernissage ou remise du manuscrit à l’éditeur.

Marcel Dourgnon : un cas d’école

Cet architecte présente plusieurs particularités qui en expliquent l’oubli. Formé à l’École des beaux-arts de Paris, il a peu construit ou ses œuvres nous sont encore inconnues. Il n’existe pas à notre connaissance d’archives déposées dans une institution, de même que peu d’élément subsistent dans les archives familiales. Que sont devenus ses carnets de dessins ou les projets qu’il a créés? à l’heure actuelle, nous ignorons encore s’il avait sa propre agence…

Deux œuvres majeures sont connues (le musée et le palais de l’Égypte), mais peu de personnes seraient capables de citer son nom. Pourtant, qui n’a jamais visité le musée des Antiquités égyptiennes du Caire ?

Marcel Dourgnon, Musée des Antiquités égyptiennes du Caire, dessin aquarellé de la façade principale. (BNF)

Quelques formulaires permettent de recenser sa production qui reste peu ou mal identifiée. Lors de sa demande d’admission à la Société centrale des architectes français en 1895, il établit une liste de ses états de service. De même, lorsqu’il remplit les formalités pour obtenir la légion d’honneur en 1903, il donna une liste abrégée des édifices construits et des récompenses remportées. Toutefois, ces listes présentent de graves lacunes : la situation exacte de ces bâtiments et le nom des commanditaires. Par exemple, comment retrouver « une villa bourgeoise à Fontainebleau » sans entamer de longues recherches dans les archives de la ville ? La situation est pire encore pour les édifices construits au Chili pendant la période où il était architecte du gouvernement chilien (1889-1893). Il déclarait avoir édifié la Bourse de commerce et l’Intendance de la marine à Valparaiso mais on ne trouve trace de son nom nulle part, bien que ces deux immeubles existent encore. Que dire de la mention « Un établissement industriel à Santiago et deux hôtels privés avec maisons de rapport » ? La collaboration avec Cristian Palma, architecte en charge du patrimoine à Valparaiso, nous a permis d’obtenir de précieuses informations (en particulier des photographies et des localisations) mais il est évident qu’il faut poursuivre la recherche sur place.

Demande d'admission à la Société centrale des architectes français, formulaire rempli par Marcel Dourgnon en 1895. On notera combien il aurait été difficile de lire ce document exposé dans une vitrine. (Académie d'architeture, Paris)

Les listes déclaratives ou d’autres textes imprimés ne sont pas toujours de sources fiables. Par exemple, dans son discours funèbre en octobre 1911, l’orateur attribuait généreusement à Marcel Dourgnon la conception de l’école de jeunes filles (63, rue des Martyrs, Paris IXe, actuel lycée Edgar Quinet). Il avait collaboré avec Jean Cassien Bernard, l’architecte en charge du projet, mais il n’en était pas le responsable. Pour renforcer l’idée exprimée plus haut des liens facile à établir dans l’exposition virtuelle, on notera que Cassien Bernard proposa aussi un projet pour le concours du musée des Antiquités égyptiennes au Caire.

L’exposition virtuelle, une première réponse à nos interrogations

Une recherche est donc en cours pour répondre à de nombreuses questions dont une petite partie seulement vient d’être évoquée. Restent en suspens les interrogations suivantes:

. Quelles étaient ses œuvres de jeunesse ? Étaient-elles annonciatrices de son parcours ?

. Était-il un pur produit du système Beaux-Arts ?

. Quelle était sa conception de l’architecture, quel était son style ? (s’il en avait un)

. Pourquoi recherchait-il autant les honneurs et les décorations ?

. L’édile (il fut maire du IXe arrondissement de Paris) eut-il eu une attention particulière pour l’architecture patrimoniale ou contemporaine de son quartier ou de la ville ?

. Quelle fut l’influence de la franc-maçonnerie sur sa carrière ?

On pourrait multiplier les questions…

Pour l’instant, nous allons tester différents outils numériques pour mettre en place l’exposition virtuelle dont nous rêvons. Nous procédons à des essais afin d’obtenir la souplesse évoquée plus haut et de compléter les données par des éléments cartographiques ou comparatifs.

Tout cela en est aux premiers tâtonnements, à des débuts encore modestes, mais c’est en forgeant…que nous deviendrons forgerons.

Hélène Morlier, commissaire de l’exposition L’architecte Marcel Dourgnon et l’Égypte